• Le revers de la médaille



    Et s'il plaît à mon cœur d'oser l'impertinence
    Et le refus de croire en l'homme et sa folie
    Userez-vous encore face à cette amnésie
    De vos larmes et cris réclamant l'allégeance ?

    Que deviendrez-vous sans bâton sans esclave
    Sans le fouet de l'outrage et votre air triomphant
    A lire dans les yeux l'effroi de l'impuissant ?
    Savez-vous qu'en leur fond couve un torrent de lave ?

    Et il plaît à mon cœur d'oser la résistance
    Car tout homme opprimé de rage se nourrit
    De haine de rancœur et du profond mépris
    Pour son voleur de vie, d'amour et de conscience.

    Entendez-vous siffler le vent de la révolte ?
    Enchaînez-vous au trône auquel vous tenez tant
    Que les âmes conviées au spectacle affligeant
    Goûtent avec délice au fruit de la récolte.

    Et il plaît à mon cœur de voir votre insolence
    Pi-étinée par ceux que vous vouliez soumis
    Revers d'une médaille à l'acte et au délit
    De tous les potentats qui vivent d'arrogance.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :