• Elle sait que l'attente est un cruel supplice

     

    Elle sait que l'attente est un cruel supplice,
    Qu'il doit souffrir déjà, qu'il faut qu'elle accomplisse
    Le serment qu'elle a fait d'être là, vers midi.
    Mais, parmi les parfums du boudoir attiédi,
    Elle s'est attardée à finir sa toilette.
    Et devant le miroir charmé qui la reflète,
    Elle s'impatiente à boutonner son gant ;
    Et rien n'est plus joli que le geste élégant
    De la petite main qui travaille ; et, mutine,
    Elle frappe le sol du bout de sa bottine.

    (Recueil : Promenades et Intérieurs.)
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :