•  

    Protégez vous !

     


    votre commentaire
  •  

    Regarder un homme m'attacher. Observer son air concentré, exité et malicieux. Cet air qui dit sans le vouloir
     

    "Maintenant, tu ne sais même pas ce que je vais faire de toi. Je pourrais te trahir, ou te faire jouir.
    Tu m'es totalement abandonnée."


    Et cet air involontaire et pourtant si réaliste !


     


    votre commentaire
  •  

    "Il tombe à genoux devant Elle et commence à astiquer le cuir de Ses cuissardes.
    Il ne rechigne pas à la tâche et se saisit même de Sa cheville pour mieux appuyer ses coups de langue."

     


    votre commentaire
  •  

    Epuré du réalisme de l'amour chevaleresque, la Fin'Amor répond à quelques critères.

    * L'amour est obligatoirement adultère.
    Les mariages nobles n'étant pas une affaire de sentiments, la passion ne peut être trouvée qu'ailleurs. L'échange des coeurs, la fidélité promise, n'engage alors plus les biens, mais les personnes.

    * L'amour exige le secret, pas seulement pour son caractère adultérin, mais aussi parce qu'il est une chose trop grave pour être divulgué.

    * La dame est toujours de condition supérieure à celle de son amant, un chevalier célibataire.
    L'attitude de ce dernier, calquée sur le système féodal, doit être pleine d'humilité, de réserve et de soumission. Il est son " homme-lige ", son vassal, d'une loyauté et d'une fidélité sans faille.
    En retour, la dame et l'amour ont le pouvoir d'inspirer au chevalier toutes les vertus, valeur morale et parfaite courtoisie.
    [Croyance : seul l'amour peut mener l'homme à la perfection morale puisqu'il engendre et développe toutes les vertus.]

    * La dame est lointaine, inaccessible, nimbée de mysticisme.
    Dans sa conquête amoureuse, le chevalier est confronté à des obstacles, des épreuves ; ce peuvent être : le mari jaloux, l'éloignement de la personne,... Il faut être prêt à mourir pour l'élue. En retour, la dame accorde à son amant un baiser, une étreinte, ou la joie d'admirer sa nudité.

    * La chasteté est la fois l'épreuve et la récompense suprême : la petite cérémonie de l' assag (l'essai). Elle donne à la dame le moyen de vérifier dans qu'elle mesure son ami est capable de la respecter, alors que, couché à côté d'elle, il est dans une situation extrêmement tentatrice.
    Tous les subterfuges érotiques sont autorisés, à condition de ne pas en venir au fait (baisers, étreintes, caresses).

     


    votre commentaire
  •  

    D'après la mythologie, l'espèce humaine est née de l'androgyne.

    Un androgyne était formé de deux êtres de sexes opposés couplés ensemble
    .
    Deux êtres en un seul
    .

    Fiers de leur double nature, les androgyne
    voulurent défier les Dieux, et notamment Zeus, en tentant d'accéder au royaume des Dieux.

    Ceux-ci, en colère, et par la voix et les éclairs de Zeus, décidèrent de punir les
    androgyne en les séparant en deux êtres distincts
    .

    Ainsi seraient nés les hommes et les femmes tels que nous sommes aujourd'hui.


    Les
    androgyne séparés furent bien tristes et entreprirent de se retrouver.
    Leur quête était généralement longue.

    Le mythe dit que l'amour ne serait qu'un sentiment de manque de cet état d'unicité entre deux êtres.


    Ainsi, l'âme soeur, l'être aimé, pourrait être la partie de l'androgyne qui vous a été enlevée par la colère des Dieux Grecs.

    Un mythe pour décrire ce qu'est l'amour, et qui, finalement, représente bien tout ce que l'on peut ressentir lorsqu'on a trouvé l'âme soeur ...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique